A change has come

Abraham Lincoln

Abraham Lincoln

Le 1er janvier 1863, alors qu’une guerre fratricide meurtrissait les Etats-Unis, le président Abraham Lincoln proclamait l’émancipation des esclaves dans les États du sud sécessionnistes. Mais il n’avait pu introduire l’abolition de l’esclavage dans la Constitution, faute d’une majorité suffisante au Congrès.

Ce n’est qu’à titre posthume, après l’assassinat du Président Lincoln, que le treizième amendement à la Constitution des États-Unis prit effet, le 18 décembre 1865.

«Ni esclavage, ni aucune forme de servitude involontaire ne pourront exister aux États-Unis, ni en aucun lieu soumis à leur juridiction», énonce-t-il.

Quelques mois plus tard, un 14e amendement assurait aux Noirs le droit de vote et l’égalité avec les Blancs devant la loi.

Et pourtant, cent années plus tard, si l’esclavage était aboli, la ségrégation avait toujours cours, au nom du principe « Egaux, mais séparés » très vite établi par la jurisprudence, et les droits civiques des Noirs étaient bafoués.

Alors vint Martin Luther King, son rêve, et sa vision prophétique d’un monde où un jour les petits enfants noirs et les petits enfants blancs marcheraient main dans la main…

[PV1Z + H57LxkuRZy0 + 425 + 355 + 0 + &rel=1 + &color1=0xd6d6d6&color2=0xf0f0f0 + &border=1 + « I had a dream », Martin Luther King]

Le discours puissant de Martin Luther King a été une source d’inspiration et d’espoir, non seulement pour les millions de Noirs américains victimes de la ségrégation, mais aussi pour tous ceux, Noirs ou Blancs, Américains ou non, qui refusaient de désespérer de l’humanité.

Et comme souvent, la musique s’est voulue l’interprète de tous les rêves, et de tous les espoirs.

En 1964, Sam Cooke composait  » A change is gonna come », chanson emblématique reprise par les plus grands, d’Otis Redding à Tina Turner, de Luther Vandross à Seal.

La version gospel d’Aretha Franklin est l’une des plus impressionnantes.

[PV1Z + onN9qSTLaAo + 425 + 355 + 0 + &rel=1 + &color1=0xd6d6d6&color2=0xf0f0f0 + &border=1 + Reprise par Aretha Franklin de « A change is gonna come », de Sam Cooke]

I was born by the river
In a little tent
And just like the river
I’ve been running ever since

It’s been a long, long time coming
But I know a change gonna come
Oh, yes it is

It’s been too hard living
But I’m afraid to die
I don’t know what’s up there beyond the sky

It’s been a long, long time coming
But I know a change gonna come
Oh yes it will

Then I go to my brother
I say brother help me please
But he winds up knocking me
Back down on my knees

There’s been times that I thought
I wouldn’t last for long
But now I think I’m able to carry on
It’s been a long, long time coming
But I know a change is gonna come
Oh, yes it will

Je suis né au bord de la rivière
Dans une petite tente
Et comme la rivière
Je n’ai jamais cessé de courir depuis

Ca fait un long, long moment que j’attends
Mais je le sais, un changement va arriver
Oh, oui c’est vrai

Ca fait un long, long moment que j’attends
Mais je le sais, un changement va arriver
Oh, oui c’est vrai

C’est trop dur de vivre
Mais la mort me fait peur
Je ne sais pas ce qu’il y a là-haut au delà du ciel

Ca fait un long, long moment que j’attends
Mais je le sais, un changement va arriver
Oh, oui c’est vrai

Puis je vais voir mon frère
Je lui dis : frère aide-moi s’il te plait
Mais il finit par me renverser
A terre sur mes genoux

Il y a eu des moments où j’ai pensé
Que je ne resterai pas longtemps
Mais maintenant je pense que je suis capable de continuer à vivre

Ca fait un long, long moment que j’attends
Mais je le sais, un changement va arriver
Oh, oui c’est vrai

Donny Hathaway, immense interprète et compositeur de soul, sort the Ghetto en 1970.

[PV1Z + CZoN7Adwkew + 425 + 355 + 0 + &rel=1 + &color1=0xd6d6d6&color2=0xf0f0f0 + &border=1 + Donny Hathaway- The Ghetto]

Et Someday we’ll all be free, une interprétation magistrale, et des paroles pleines d’espoir.

[PV1Z + rB-fws8cO40 + 425 + 355 + 0 + &rel=1 + &color1=0xd6d6d6&color2=0xf0f0f0 + &border=1 + Donny Hathaway live, someday we’ll all be free]

Hang onto the world as it spins, around.
Just don’t let the spin get you down.
Things are moving fast.
Hold on tight and you will last.

Keep your self-respect your very bright.
Get yourself in gear,
Keep your stride.
Never mind your fears.
Brighter days will soon be here.

Chorus

Take it from me someday we’ll all be free (Yeah)

Verse

Keep on walking tall, hold you head up high.
Lay your dreams right up to the sky.
Sing your greatest song.
And you’ll keep, going, going on

Accroche-toi au monde pendant qu’il tourne
Mais ne laisse pas le tournis t’abattre
Les choses bougent si rapidement
Accroche-toi et tu tiendras
Respecte toi toi-même

Equipe-toi, marche à grands pas

Peu importent tes craintes
Des jours plus lumineux arriveront bientôt
Prends le comme je te le dis
Un jour nous serons tous libres.

Continue à marcher fièrement
Garde la tête haute
Laisse tes rêves monter jusqu’au ciel,
Chante ta plus belle chanson,
Et tu continueras d’avancer, avancer.

En 1971, James Brown Mr Dynamite, haranguait les foules avec le slogan Get Up, Get into it, Get involved (Lève toi, Implique toi, Engage toi)

[PV1Z + VTNSFB-NUcM + 425 + 355 + 0 + &rel=1 + &color1=0xd6d6d6&color2=0xf0f0f0 + &border=1 + James Brown, Get Up, Get into it, Get involved]

En 1973, le mouvement était en marche, inéluctable. La route était encore longue, le Vietnam avait laissé son lot de traumatismes, mais plus rien ne semblait devoir arrêter la marche vers l’Histoire.

Et les Pointer Sisters chantaient Yes we can.

Yes we can
[PV1Z + 7qHAZ25HYqU + 425 + 355 + 0 + &rel=1 + &color1=0xd6d6d6&color2=0xf0f0f0 + &border=1 + The Pointer Sisters, Yes we can]

Now’s the time for all good men
to get together with one another.
We got to iron out our problems
and iron out our quarrels
and try to live as brothers.
And try to find a piece of land
without stepping on one another.
And do respect the women of the world.
Remember you all have mothers.
We got to make this land a better land
than the world in which we live.
And we got to help each man be a better man
with the kindness that we give.
I know we can make it.
I know darn well we can work it out.
Oh yes we can, I know we can can
Yes we can can, why can’t we?
If we wanna get together we can work it out.

And we gotta take care of all the children,
the little children of the world.
’cause they’re our strongest hope for the future,
the little bitty boys and girls.

We got to make this land a better land
than the world in which we live.
And we got to help each man be a better man
with the kindness that we give.
I know we can make it.
I know darn well we can work it out.
Oh yes we can, I know we can can
yes we can can, why can’t we?
If we wanna, yes we can can.

En novembre 2008, toutes ces musiques entrent dans l’Histoire et se joignent à elle, Abraham Lincoln et Martin Luther King n’ont pas rêvé en vain.

On ne sait ce que Barack Obama fera de tous les espoirs – sans doute trop grands dans le contexte actuel – que les Américains et le monde, ont placé en lui.

Mais d’ores et déjà, il est indéniable que le chemin parcouru par la société qui a permis son élection, est immense.

Ce contenu a été publié dans Les bulles musicales, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à A change has come

  1. Ninon dit :

    Avec Beloved, tu seras en plein dans le thème… Si tu le lis, ce serait bien que tu fasses un post pour dire ce que tu en as pensé. Je suis curieuse de savoir si c’est seulement à moi que ça fait un tel effet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>