Cinéma…

Les impatients et les sceptiques seront sans doute intéressés de savoir que les premières images de la Bobine sont enfin dans la boîte…

La météo parisienne de ces derniers temps ayant été sibérienne, et le tournage prévu ayant lieu en extérieurs, Claudine et Elisabeth F s’étaient équipées comme des moujiks, et m’avaient fortement incitée à faire de même. Elles ignoraient sans doute que je n’ai jamais su me « couvrir correctement », comme le déplore encore ma mère, et que je ne suis que très rarement vestimentairement raccord avec la météo.

Mais qu’importe, puisqu’en cet unique jour là, la météo avait décidé d’être raccord avec nous, et que nous avons bénéficié du seul jour quasi printanier au milieu de toute cette Sibérie…

Rendez-vous au matin dans ce quartier très mythique de Paris.

Les deux pros arrivent, avec leur impressionnant matériel. Le plus impressionnant (et je ne sais pas pourquoi, hilarant) c’est le micro au bout de la longue perche, que tient très consciencieusement Elisabeth F, casquée et branchée de toutes parts.

Je ne sais pas si c’est la présence de tant d’Elisabeth dans le champ, mais ce micro étrangement coiffé m’évoque immédiatement un garde de Buckingham Palace. Ne pas rire tout de suite, garder son sérieux, se concentrer.

micro

Qu’est-ce que faire du cinéma?

Concrètement, ça donne à peu près ça.

Claudine, s’arrêtant brusquement au milieu du trottoir, caméra sur pied: Stoooop. Ooooooooh. Ooooooooooh.

Elisabeth F: T’as quelque chose, là?

Claudine, des paillettes dans les yeux, désignant un point dans le ciel: Ouuuuiii. Regarde, c’est merveilleux.

Elisabeth F, que rien n’étonne: Ok. Je suis prête.

A première vue, j’aurais donc dit que faire du cinéma, c’est déambuler dans des rues choisies, de s’extasier sur des cheminées qui fument sur fond de ciel bleu, puis de les capturer. Et même, de recommencer la prise quand mystérieusement, le temps de caler le matériel, la cheminée a cessé de fumer.

Autre moment choisi, et autre essai de définition. Qu’est-ce que faire du cinéma?

Nous déambulons toujours dans les rues, pour refaire un parcours qui m’est familier. Le décor m’appelle, et les images réelles rejoignent celles de mes souvenirs. Je m’imprègne d’un mot saisi au passage derrière une vitrine, je croise un regard qui me sourit, je retrouve une maison rose que j’aimais. A cette heure encore matinale, les lieux sont presque déserts, on n’entend au loin que les bruits du boulevard et, en résonance sur le bitume, le son de mes pas.

Stooooooop! Stoooooop ma belle, tu veux bien t’arrêter là?

Claudine a de nouveau posé sa caméra, et repris un air engageant.

Claudine: Voilà. Tu vas repartir exactement d’ici, et tu vas marcher exactement comme tu viens de le faire jusqu’au coin de la rue. Mais exactement le même pas, hein?

Moi: Exactement. Pas de problème.

Elisabeth F brandit le garde de Buckingham Palace dans ma direction, et me voilà repartie, exactement sur le même parcours de dix mètres. Je m’arrête au hasard, juste après une crotte de chien.

Claudine, à l’autre bout du parcours: C’était super! On va la refaire…

Faire du cinéma, c’est faire de chaque pas une scène d’anthologie, et rechercher la spontanéité de cette anthologie.

La Bobine est en train de se dessiner sous nos yeux, et chaque image tournée nous rapproche d’elle.

Anthologie encore, et c’est  mon petit cadeau à la réalisatrice qui, comme ce cinéaste pionnier qu’elle vénère, ne laissera jamais la moindre image au hasard.

Image de prévisualisation YouTube

Ce contenu a été publié dans Bulles de tournage, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Cinéma…

  1. MARCO dit :

    Bonjour Elisabeth,

    Vivement la suite………

    Je ne voulais pus intervenir, mais attention à la loi HADOPI, le film d’Epstein inscrit au RPCA sous le numéro 95501 est une oeuvre protégée jusqu’au moins 2223. L’actuelle propriétaire des droits est la Cinémathèque Française.

    Amicalement.

    Marco

  2. Tout d’abord cher Marco, sache que tu es bienvenu à intervenir sur ce blog dès que tu le souhaites…

    Cela dit, je te remercie de ta mise en garde, mais dans la mesure où je n’ai pas téléchargé le film d’Epstein, mais que je l’ai repris sur Youtube, où il est actuellement en libre service (si je puis dire), je pense que la Cinémathèque, si elle trouve à y redire, le fera supprimer de Youtube. Il disparaîtra alors concomitamment de mon article, ce qui sera bien dommage pour Claudine et tous les cinéphiles…

  3. MARCO dit :

    Ne t’en déplaise, Chère Elisabeth, cela s’appelle recel de piratage.
    Bien à toi.
    Marco

    Dans mon dernier message il faut lire 2023 (1953 mort d’Epstein + 70 ans durée des droits d’auteur)

  4. Damned, il semblerait que je sombre dans le grand banditisme…M’apporteras-tu des oranges, cher Marco?

  5. MARCO dit :

    Pour le plaisir d’avoir revu le film je t’apporterais des oranges…..

    ( pas vu, pas pris, un comble pour qui veut être vu)

  6. piephy63 dit :

    Il est évident chère madame que vous aimez à flirter avec la loi. C'est extrêmement dangereux!  Sachez en tous cas que les vrais "connaisseurs" et autres admirateurs de Jacques Haik ne sont pas toujours ceux que l'on croit. J'ai pour ma part encore au fond de mon grenier quelques bobines inédites qui pourraient vous intéresser. Pourrions nous nous rencontrer pour en parler?. Je vous imagine lumineuse, comme votre grand père…

  7. Je ne sais, Monsieur, qui de vous, ou de votre grenier, m’intrigue le plus…Vous me semblez être un témoin extrêmement précieux de la grande époque. Merci à vous, de vos mots, et des perspectives que vous semblez nous ouvrir…

  8. sam dit :

    tres intressant, on attend  la suite!! masi qui est ce piephy??

  9. Je me le demande encore…
    Merci de ta visite, Sam, la suite s’annonce grandiose…

  10. Oh…Ca fait chaud au coeur de revoir notre autre grand-père, Jacques Haïk…Je ne connaissais pas cette photo, merci mon cousin!

  11. Laurence dit :

    Bonjour Elisabeth,
    Je viens de découvrir votre site sur Jacques Haïk qui m'a intéressé.
    Je suis une petite nièce de Jacques Haïk et serais heureuse de savoir si nous avons un lien de parenté et à quel degré.
    Cordialement,
    Laurence

  12. Bonjour Laurence et merci de votre intervention…
    Je serais ravie de discuter plus avant avec vous.
    Je vous contacte par mail.
    A très bientôt!
    Elisabeth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>