Eric Rohmer et moi

Eric Rohmer s'est éteint, et j'en ai eu un vrai serrement de coeur. Eric Rohmer, c'était l'un des chefs de file de la Nouvelle Vague, l'ancien rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma devenu metteur en scène, un auteur de marivaudages modernes au verbe précieux et au charme parfois surané. Celui qui a révélé, entre autres, Fabrice Lucchini. Mais pour moi, Eric Rohmer c'était celui des années 80, presque viscéralement les Nuits de la Pleine Lune, Pauline à la Plage, le Rayon Vert, et toute la série des Contes des quatre saisons. Toute mon adolescence, j'ai regardé ses films avec ferveur et envie, oui envie d'en être un peu, tant ses héroïnes me semblaient parfois présenter une sorte de gemellité avec moi. Je n'étais d'ailleurs pas seule dans son culte, nous étions quatre, mes trois meilleures amies de l'époque et moi. Béatrice, Sophie, et Fabienne, je vous embrasse avec affection. Nous parlions Rohmer, nous jouions à jouer du Rohmer, notamment au cours d'une fameuse séquence que nous avions filmée en vacances à la plage, et dans laquelle nous nous prenions tellement au sérieux que c'en était positivement effroyable. Car contrairement à ce que l'on pourrait croire, on est très sérieux quand on a 17 ans. Et naturellement, nous cherchions partout le rayon vert. Juste une bande annonce, avant de refermer le livre de mon adolescence. http://www.dailymotion.com/video/x2ox3c

Ce contenu a été publié dans Les héros de mes bulles, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Eric Rohmer et moi

  1. vincentdidier dit :

    Je partage ton amour pour lui. On perd quelqu’un d’immense. Je souscris des deux mains à ton billet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>