Je ne te dis pas adieu, Facebook…

facebook

…car je ne t’ai jamais, jamais dit bonjour…

De toutes parts, depuis peu, on entend et on lit que les meilleurs d’entre nous se désespèrent en constatant qu’ils ont toutes les peines du monde à supprimer leur profil sur Facebook, et que même lorsqu’ils y parviennent leurs traces seront scellées jusqu’à la fin des temps googuelisés dans le marbre de la Toile.

Mais moi je ne t’ai jamais cédé, Big Brother, et j’en retire un contentement quasi béat de moi-même.

Car en dépit des appels réguliers de mes vrais amis, qui m’ont tous régulièrement sollicitée pour que je rejoigne la liste de leurs 1245 faux amis, je n’ai jamais consenti à me placer à la merci de ton orbite, Big Face Brother, qui est terrifiant, ainsi que tous le constatent aujourd’hui.

Même l’excellent Frédéric Beigbeder, toujours à la pointe des tendances, explique dans le Voici de cette semaine pourquoi il arrache aujourd’hui son profil à tes tentacules.

La raison principale qu’il invoque est lumineuse, je me permets de la schématiser ici: il ne veut plus faire partie des « loosers frustrés », il veut rejoindre la vraie vie.

Fallait oser le dire et le faire…

Fallait y parvenir, surtout.

Je ne veux pas me jeter des fleurs, mais je m’auto-congratule. Pardonnez à l’avance ce peu de modestie que j’assume, au demeurant.

En plein engouement pour Facebook, alors que je passais auprès de tous pour la fille naturelle de la mère Denis et de Monsieur Minitel, j’ai campé ferme sur mes positions. J’étais sûre de mon fait.

Quels étaient mes arguments?

Non, non et non, je refuse que mes photos de vacances, même sublimes, surtout sublimes d’ailleurs, puissent être consultées par mon voisin de palier, cet antipathique personnage que je salue à peine lorsque je le croise.

Et non, non et non, je ne laisserai à personne, ami connu ou inconnu, la possibilité de me pister plus efficacement qu’une meute de chiens de chasse affamés de gloire, le premier jour de l’ouverture de la saison. Soit dit en passant, mes seules connaissances en matière de chasse ont été acquises sur Chasse et Pêche entre deux et trois heures du matin une nuit d’insomnie, mais elles sont suffisantes pour illustrer mon propos.

Soyez honnêtes, vous, les lecteurs de ce blog, qui êtes tombés dans le panneau de l’ignoble Big Face Brother.

Qui n’a pas eu un jour la désagréable surprise de constater qu’un client/patron/ennemi/divers indésirables/, en le  googuelisant, était tombé directement sur beaucoup plus que son profil Facebook, le lui avait annoncé la bouche en coeur, et avait assorti cette annonce d’un sournois « ébé vous vous amusez bien, vous, le week-end…on croirait pas, comme ça, quand on vous connaît professionnellement hein…

Voilà. Inutile d’en dire plus et de noircir davantage le tableau de vos regrets.

Ah si, juste une dernière information pour enfoncer le clou. Facebook est devenu la principale source de renseignements de la police et des agences de détectives privés. Même si vous êtes tous blancs comme neige, c’est désagréable de le savoir, non?

Bonne chance à tous pour vos désinscriptions, et toutes mes condoléances pour la perte de vos 1245 amis.

Et si nous relisions tous un livre indispensable, le génial 1984, du visionnaire George Orwell?

1984

Ce contenu a été publié dans Un jour une bulle, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

34 réponses à Je ne te dis pas adieu, Facebook…

  1. ginie web dit :

    Pistés de toute façon nous le sommes déjà, sans qu’on nous demande notre avis…la toile et ses nombreux indigestes cookies nous fichent pour savoir d’où nous venons, ce que nous aimons et ce que nous consommons. A nous d’essayer de distiller au compte goutte les informations que l’on veut bien laisser transparaitre. Je suis comme toi je n’ai jamais eu de profile facebook…et j’en suis ravie :)
    Ps : merci pour ton tag :)

  2. Gnouros dit :

    Argh ! Ça veut dire que je ne pourrais pas t’ajouter dans ma liste ?

  3. JBM Tintin dit :

    Bonjour !
    Et bravo pour ce petit mot… Même s’il me rend un peu jaloux, j’aurais dû faire le même avant !
    Sans rire, ça fait du bien de voir qu’on n’est pas seul à ne pas trop apprécier l’étalage de la vie privée à tous vents… C’est vrai que l’on perd ainsi en « relations humaines », puisqu’on n’adapte plus ce que l’on dit aux personnes avec qui l’on communique…
    Bonne continuation !

  4. Gérald dit :

    Bonjour,

    Comme pas mal de monde j’ai succombé à Facebook. Mais savez vous que ni mon patron ni mon voisin de palier ne verront mon profil ?
    En effet Facebook offre la possibilité de tout verrouiller. Mon profil est visible uniquement par mes amis.
    Mon patron ou voisin ne verront que mon nom s’ils le tapent sur Google ou Facebook.

    En ce qui concerne les photos…si vous les partagez, c’est que vous souhaitez qu’elles soient vues non ? Donc il n’y a aucun soucis…juste des choix personnels.

    Vous avez choisi de ne pas partager vos photos de vacances avec vos amis c’est votre choix. Pas le mien. Mais un de nous deux a t’il raison ou tort ? Je ne pense pas.
    Je ne ressens aucune « culpabilité » à partager sur Facebook, car j’y ai placé les verrous nécessaires à ma confidentialité.

  5. Antony dit :

    Supprimer son compte Facebook équivaut à une sorte de suicide symbolique… C’est dur !!

    Mais je te rejoins sur le côté malsain du site, mise en vitrine permanente. Facebook renverse complètement les rapports entre êtres humains, c’est comme une sorte d’immense open-space…

    C’est nul en fait.

  6. @Gérald

    Bien sûr qu’en théorie il est possible de verrouiller son profil pour ne l’ouvrir qu’à ses seuls amis.
    Mais qui sont vos amis? Les 1245 de votre liste? Ou vos vrais amis, ceux que vous fréquentez réellement et que vous cotoyez en chair et en os?

    Et puis même si vous verrouillez tout et que vous n’avez que…disons…20, 30 vrais amis sur Facebook, comment maitriser le fait que des photos sur lesquels vous figurez soient envoyées et commentées par vos excellents amis à leurs non moins excellents amis que vous ne connaissez pas? De nombreux exemples existent, je ne vais pas m’étendre. Si ca ne vous gêne pas, je n’ai rien à en dire, après tout…

    Moi je partage mes photos de vacances avec mes amis, les vrais, et je sélectionne soigneusement ceux à avec qui je veux partager, de moi à eux, en direct. Pas besoin de Facebook pour ça, internet regorge d’autres possibilités…vraiment privées.
    Cela dit je ressens dans votre message une petite pointe d’agacement à mon égard. Je suis sincèrement désolée si vous vous êtes senti agressé, ça n’était pas mon intention. Mon billet était plutôt un petit billet d’humeur taquine…

    Bien à vous.

  7. @Antony

    C’est intéressant ce que tu dis, Anthony, et assez terrible à la fois. Un suicide symbolique?
    Comme si, au fond, ta vie ne tenait qu’au fil de Facebook?
    Allons allons…Heureusement qu’il y a encore la vraie vie!

    Finalement, tout ceci me donne envie de paraphraser et d’adapter une célèbre réplique de Sacha Guitry: « Facebook est l’art de ne pas résoudre à plusieurs millions des problèmes qu’on ne se posait pas seul avant… »

  8. @JBM Tintin

    Oui cet étalage atteint parfois des sommets d’exhibitionnisme et d’impudeur. Et au niveau éducatif, j’avoue que je suis assez vigilante avec mon fils ado (qui lui, a un profil Facebook!) pour qu’il ne dise ou ne fasse pas n’importe quoi avec…

  9. @Gnouros

    Ben non tu ne peux pas.
    Tu voulais être mon ami?

  10. Gnouros dit :

    @Elisabethh – Qui sait ? Mais je crois que nous sommes déjà amis sur blogasty…

  11. @Gnouros

    Certes, mais sur Blogasty tu ne peux pas voir mes photos de vacances…

  12. @ginie web

    Raison de plus pour ne pas donner volontairement d’autres bâtons pour nous faire battre!
    Quand on pense que même le fichier Edvige contenait moins d’informations personnelles sur les individus que la mine Facebook…

  13. Gnouros dit :

    @Elisabethh – De toute façon, Blogasty ou Facebook, d’un point de vue simplement formel, il s’agit bien souvent du plus bas degré de l’amitié. C’est là qu’il y a une dialectique pernicieuse, puisque en raison de ce motif louable d’amitié, les gens consentent à une servitude volontaire. Tout est fait pour créer l’illusion d’une sociabilité réelle, pour que l’on cède et agisse « comme si », pour entretenir la confusion.

  14. Gérald dit :

    Sauf qu’encore une fois…les gens sont libres de mettre les infos qu’ils souhaitent…on ne les force pas… S’ils mettent plein d’infos c’est leur choix, rien n’est imposé.
    La comparaison avec Edvige…. bof… ;-)

  15. @Gérald

    Oui, vous avez raison, les gens sont libres de donner les infos qu’ils désirent. Mais ils peuvent souhaiter en donner beaucoup à certaines personnes, et pas du tout à d’autres. Or c’est là que le bât blesse, à mon avis.
    Cela étant vous semblez être un ardent défenseur de Facebook, et pleinement satisfait. Que puis-je ajouter, si tout vous convient?
    Quant à la comparaison avec Edvige, je vous concède qu’elle n’est pas de moi. C’est vrai, ça n’était pas original ni inédit. Mea Culpa.

  16. @Gnouros

    Voilà, ceci nous amène à une question fondamentale: qu’est-ce que l’amitié?
    Et qu’en disent les philosophes, Oscar?
    Un nouveau sujet pour ton excellentissime blog, peut-être?

  17. Gérald dit :

    @ Elisabeth : ardent défenseur de Facebook je ne pense pas, car je suis absolument conscient des dérives possibles.
    Maintenant personne n’est forcé d’étaler sa confiture. Personne n’est d’ailleurs forcé de souscrire à Facebook.
    Conscient aussi que les « amitiés » ne sont pas toutes réelles sur Facebook, mais après tout, Facebook a appellé les contacts « amis »…C’est avant tout le mot qui gêne, mais imaginons qu’on le remplace par « contacts », ça n’aurait pas le même impact, et ferait moins couler d’encre.
    En revanche, j’ai les yeux assez ouverts pour l’utiliser comme un outil de partage, et ne pas tomber dans le piège de tout dévoiler de ma vie privée. Mon profil est réduit au strict minimum.
    Pourquoi toujours voir les choses négativement ?
    Facebook peut par exemple permettre à des gens de se retrouver après des années d’éloignement (un copain de classe du passé qui finalement est dans la même région que vous, etc… retrouvailles, etc, etc).
    C’est aussi un moyen de diffuser des articles glânés sur le net à sa liste de « contacts ». Par exemple j’ai intégré à mon profil mon flux RSS Google Reader. Je partage ainsi les articles qui me plaisent au fûr et à mesure de mon « surf », et ils apparaissent sur mon profil.
    Libre à eux de lire ce qui les intéresse, ou de passer leur chemin.
    Donc moi je ne vois pas les choses si négativement que vous. Facebook est un outil de partage très riche….à savoir manipuler. Il a ses dangers, mais c’est de toute façon le « lot » de tout ce qui touche à internet.

    En ce qui concerne la suppression de compte dont vous parliez au début de votre article… J’ai regardé et en 2 clics je suis tombé sur cette option pas du tout cachée. Onglet paramètres/désactiver le compte
    C’est simple comme bonjour.
    Le fait d’être Googuelisé, je ne suis pas non plus d’accord car les robots de Google balayent régulièrement et mettent à jour la toile.

  18. Gnouros dit :

    @Elisabethh – Ah ben justement, j’avais réfléchi à la question chez Aristote : http://www.morbleu.com/comment-trier-ses-amis-grace-aux-precieux-conseils-daristote/

  19. Antony dit :

    Attention Elisabethh, quand je parlais de suicide symbolique, ce n’est pas ma façon de voir les choses! Je l’analyse comme ça, c’est tout ;-)

    Je ne montre jamais de photos personnelles sur mon compte, à part mon avatar. Reste les photos taggées, hum…

  20. @Gnouros
    Où avais-le la tête?
    Excellent article, en plus…

  21. @Antony
    Je ne suis pas familière avec la pratique des photos taggées…Qu’est-ce?

  22. @Gérald

    Tous vos arguments sont recevables Gérald. Et croyez-moi, je ne suis pas quelqu’un de négatif, bien au contraire, j’ai plutôt toujours tendance à voir le bon côté des choses.

    Sur Facebook, je vous rejoins sur le côté volontaire de ce qu’on expose, et sur le côté volontaire de la présence ou du partage. Mais ce contre quoi je m’élève, c’est le côté fatalement non maîtrisé de certains partages ou « retrouvailles », qui dépassent de loin et hors de notre contrôle ce qu’on avait initialement prévu ou volontairement donné…Vous le dites vous-même, d’ailleurs: parfois Facebook permet de retrouver un copain d’enfance. Très bien.

    C’est donc que ce copain, qu’on l’ait retrouvé ou qu’il nous ait retrouvé, fait partie des imprévus de Facebook, et les surprises peuvent être bonnes ou mauvaises en la matière. Et en poussant le raisonnement plus loin encore, si on retrouvait un voisin psychopathe par le même biais? Bon, d’accord, là je provoque…

    Quoiqu’il en soit, merci pour cette discussion riche et intéressante Gérald.

  23. Antony dit :

    @Elisabethh

    En fait, c’est une fonctionnalité de Facebook qui permet à n’importe qui de t’identifier sur une photo publiée n’importe où sur le site.

    Ce qui fait que dès que tu as été taggé, une notification apparait dans la page d’accueil de tous tes amis!

    En gros peut décider de ne rien mettre de perso sur Facebook, mais ça ne sert à rien vu que les autres le font pour toi…

  24. @Antony

    Ah ben voilà une illustration de ce que je disais…Tu as beau essayer de limiter ce que tu publies, c’est peine perdue, apparemment.

  25. Gérald dit :

    @ Antony : apparemment oui il s’agirait bien là d’une dérive de Facebook.
    Je n’y ai jamais été confronté. Mais si un jour lors d’une soirée trop arrosée de votre adolescence, vous avez montré votre séant et qu’un ami a décidé de publier cette photo de nos jours, sans votre accord. Il peut vous « tagguer », et aucun contrôle n’est possible de votre part. Là je vous rejoins totalement : danger !

    @ Elisabeth : c’est un plaisir également, nous sommes là pour débattre, heureusement que les avis diffèrent sur certains points sinon le débat serait bien morne ;-)

  26. JBM Tintin dit :

    @Gérald
    Comme le dit Elisabethh, le problème de Facebook est le « côté fatalement non maîtrisé de certains partages ou “retrouvailles” ». D’autant plus qu’au moment de s’inscrire sur ce genre d’outil, on ne sait pas trop (c’est souvent de notre faute, mais c’est ainsi) à quoi cela engage, et quels sont les risques. Il ne faut pas dire que Facebook est dangereux en soi, mais qu’il peut l’être à partir du moment où l’on ne le maîtrise pas parfaitement et / ou qu’on ne sait pas quels sont ses risques. Or, la plupart des utilisateurs sont dans ce dernier cas ! Beaucoup savent-ils que les chasseurs de têtes vont y chercher leurs informations ? Rien que la liste des amis, qui est généralement laissée visible pour tous, peut donner des renseignements sur quelqu’un… et la liste des articles que l’on a apprécié également !

    De plus, on n’y peut rien, mais les autres peuvent apporter leur eau au moulin, et publier des photos sur n’importe qui (cf. le commentaire d’Antony). En s’inscrivant sur Facebook, même averti de ses risques, il faut donc être prêt à voir divulguer plus d’informations que ce que l’on prévoyait ! Et cela, on ne le maîtrise pas, a priori…

    Enfin, il me semble que Facebook atténue nuit aux relations humaines (pour ceux qui sont actifs et l’utilisent comme moyen privilégié de communication) : n’avons-nous pas différents types d’amis ? Est-ce qu’ils ont tous besoin de savoir la même chose, au même moment ? Dans le cas des 1245 amis, n’en parlons pas… Mais même dans le cas des 20 ou 30 véritables amis, il faut se rappeler que le propre de l’amitié est d’être unique, qu’elle se développe au fil du temps par des attentions répétées, par une estime mutuelle croissante. Elle ne se nourrit donc pas de Facebook, et n’en a pas même besoin ! Elle demande plus d’attention que les simples photos publiées sur Internet sans le caractère personnel qui fonde une véritable amitié…

  27. @JBM Tintin

    Qu’ajouter d’autre, JBM Tintin? Tu as résumé toutes nos réserves sur Facebook.
    Et dire que le concurrent de Facebook – dont le nom m’échappe actuellement – arrive en France!
    Je serais curieuse de savoir combien vont expérimenter…

  28. Laurent dit :

    Facebook est peut être pour certains un piège à cons, pour d’autre un endroit sympa, quoi qu’il en soit Facebook ne remplis pas le contenu à votre place, personnellement je trouve que c’est un excellent outils pour à la fois retrouver des personnes perdues de vue, communiquer avec d’autres qui bougent sans arrêt, ou simplement suivre le mouvement en intégrant le réseau !

    Maintenant libre à vous de répondre à tel questionnaire, de poster vos photos, liens, vidéos, etc…

    Je ne pense pas que Facebook soit un endroit dangereux en soit (même si je n’approuve pas du tout que Facebook conserve des données sur moi mais ca c’est une autre histoire…), maintenant tout dépend de l’utilisation que l’on fait du réseau.

    Exemple: c’est sur que si vous acceptez votre patron dans votre liste d’ami ce n’était peut-être pas une bonne idée de poster un commentaire comme quoi vous sous amusiez bien à tel ou tel fête le jour ou vous aviez prévenu votre boss que vous étiez malade.

    Pareil pour les photos, il existe de nombreuses alternatives pour s’échanger des fichiers sans pour autant les monter à tout le monde.

    Le réseau est aussi ce que vous en faites !

    Alors pourquoi dire que Facebook c’est mauvais ou de la merde, non il s’agit un outils intéressant qu’il faut savoir utiliser correctement.

    Mais c’est sur qu’ils y auraient encore de nombreux point à améliorer !

  29. Ludovic dit :

    Merci.

    Ah un moment donné je me suis demandé si je n’étais pas seul contre tous. Facebook par ci Facebook par la.
    En plus etant dans l’informatique j’ai tous de suite vu les dérives possible.
    Même avant facebook on pouvait savoir beaucoup sur quelqu’un grace au net (l’ayant fais moi même).

    Merci a toi de synthetiser ma pensée. Je vais maintenant pouvoir envoyer un lien vers ton billet à tous ceux qui me demandent de m’inscrire sur facebook et qui comprennent pas toujours pouquoi je refuse.

  30. Tonyjaa dit :

    @Gérald

    T’es sérieux ? Tu as choisi de ne pas partager tes photos ou bien les informations personnel de ton profil. Mais sais-tu au moins ou sont-elles stockés, qui y a accès et pendant combien de temps elles seront conservés ?

    C’est un peu plus compliqués qu’un clic.

  31. Lyaa` dit :

    Après faut pas non plus en devenir paranoïaque et se méfier de tout. La nouveauté à toujours fait peur, quelle qu’elle soit, et même pour des choses qui aujourd’hui sont pourtant devenues des banalités.

    Certes, je n’entends pas nier les dangers de Facebook, comme le fait qu’on puisse publier des photos de vous sur Internet et le danger que cela représente, mais dans ce cas-là on ne pourrait même plus se balader dans la rue, de peur que quelqu’un nous photographie & publie la photo sur Internet, l’utilise à mauvais escient, etc.

    Ensuite, on peut un peu contrôler les photos de nous sur Facebook. Par exemple, c’est bel et bien nous qui choisissons ce que l’on poste ou non, notamment les albums photo que l’on partage, les questionnaires que l’on fait, les statuts & articles que l’on publie. Il ne faut pas non plus être stupide et dévoiler sur notre profil quelque chose que l’on souhaite voir rester secret. Et, comme j’ai remarqué que quelqu’un l’a mentionné plus haut, si quelqu’un poste une photo sur laquelle on est et qui n’est pas à notre avantage, nous avons tout de même la possibilité d’enlever le marquage sur la photo, et ainsi quelqu’un qui cherche des photos de nous ne nous trouvera pas dans cet album. Et puis permettez-moi de vous dire que Facebook n’est pas l’unique moyen à la disposition de quelqu’un de vraiment déterminé, pour trouver des informations sur une personne – la volatilité des données personnelles est un inconvénient qui n’est pas propre qu’à Facebook, mais à tout l’Internet malheureusement.

    Après, Facebook présente également des avantages non négligeables, comme le fait que ce site soit une immense sphère de communication: cela peut permettre non seulement de garder le contact avec quelqu’un, mais aussi de retrouver des amis que l’on a perdu de vue. Bien évidemment, certaines personnes exhibent avec fierté leurs 1856 amis alors qu’ils n’en connaissent pas la moitié, mais ne généralisons pas: ce n’est pas du tout le cas de tout le monde. Pour ma part, je connais tous mes amis de ma liste Facebook.

    Désolée d’avoir remonté le sujet, mais je suis tombée dessus par hasard et cela m’intéressait de vous faire partager mon avis personnel.

  32. Jérôme dit :

    J’ai toujours du mal à comprendre l’intérêt d’un site comme facebook à part pour les « frustrés ».

  33. Adri dit :

    Article et réactions intéressants, bravo ! :)

  34. Devoted write-up, I’m standard visitant of a man’s website, prolong up the exquisite carry on, and It’s successful to be a biweekly visitor exchange for a long time.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>