La Bobine déroule la fin de son histoire

    Jacques Haïk le producteur vers 1913 (20 ans)

                                                  

 

                                                                            Jacques Haïk mon grand-père vers 1930 (22 ans)

Tous droits des photos réservés famille Haïk

Cinq ans déjà…

J'avais grandi avec Jacques Haïk le cousin producteur, celui de l'Olympia, du Rex et de Charlot, et Jacques Haïk mon grand-père, celui qui participa à l'histoire du cinéma à défaut d'avoir réalisé son rêve d'être acteur. De ces légendes croisées que je portais en moi, était né il y a cinq ans le pari fou de la Bobine.

Il fallait faire un film racontant le film de leurs vies. Un film qui nous entraînerait sur la piste aux étoiles du cinéma, pour remettre en pleine lumière celles que le temps n'avait pas gardées. Il fallait rendre justice et faire échec à l'oubli.

Pour accompagner les Jacques sur leur chemin, je me suis dessiné une robe aux couleurs du temps.

J'ai laissé venir à moi les pistes et je les ai suivies, ce qui explique sans doute la longueur inattendue du chemin.

Au fil des mois, le chemin est devenu multidimensionnel, et les étoiles ont mené à une constellation familiale. C'est ce qui fait de la Bobine le film le plus inattendu que tout ce que j'aurais pu imaginer.

Et puis comment ne pas le dire en en souriant un peu maintenant?

La Bobine a longtemps semblé à tous ceux qui s'en approchaient, comme un ovni cinématographique. Elle comportait certes un point de départ, mais aucun itinéraire fixe, un filament  plutôt qu'un fil conducteur, et l'apparition de nouveaux personnages à chaque détour. Et puis surtout, nous disait-on un peu sceptiques, où était la fin? De quoi serait-elle faite? Comment s'accommoder des obstacles qui se présentaient sur le tournage?

Toutes ces questions ont été une force. Toutes les zones d'ombre ont été une richesse.

Et tous ceux que j'ai croisés au cours de ces cinq années ont changé le plomb en or.

Je le redirai mille fois, mais je l'écris dès aujourd'hui. Nelly, Annie, Monique, Corinne, Irène, Jean-Claude, Fortune, Simon, et vous qui avez rejoint le chemin, vous étiez ma famille mais je ne vous connaissais pas. Aujourd'hui il y aura un "avant" et un "après" vous. Merci. Avec vous, l'arbre a repris ses racines, Jacques Haïk le Producteur a rejoint les siens, et le cinéma s'en souviendra cette fois.

Aujourd'hui, le tournage de la Bobine touche à sa fin. Le film vient d'être acheté par Ciné + (groupe Canal +), sa diffusion sera la plus large possible, et nous venons d'apprendre qu'il est invité à être projeté au Grand Rex pour les 80 ans de la salle mythique.

Ainsi, avec la Bobine, Jacques Haïk  remettra son habit de lumière et retournera au Rex par la grande porte.

 

 

 

 


Ce contenu a été publié dans Bulles de tournage, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La Bobine déroule la fin de son histoire

  1. Dani dit :

    C'est géniallissimme! Un juste retour des choses La Bobine projetée au Rex.
    Good job!

  2. Yves Cohen-Hadria dit :

    Bonjour,
    avez-vous retrouvé la chambre où Jacques Haïk, le producteur, a passé quelques mois pendant l’occupation du Tunis ? c’était chez mon père, qui serait heureux d’en parler avec vous.
    Amicalement,
    Yves Cohen-Hadria (cohen@icms.fr)

  3. Bonjour,

    Je serais ravie de converser avec votre père.
    Je vous contacte par mail.
    Cordialement,

    Elisabeth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>