Méditation, discours et méthode

Tout à l’heure, en ouvrant le tableau d’admin du blog, mes yeux ont clignoté doublement.
La rubrique « Commentaires en attente de modération » affichait en lettres rouges le chiffre « 2 ».

Bien sûr – et c’était prévisible – les deux commentaires provenaient de la même personne, l’un de mes trois lecteurs…
Le second de ces commentaires, introduit par un cérémonieux « chère Madame », visait sans doute, fort charitablement, à me faire croire qu’on ne se connaissait pas.
C’était très ingénieux, et ça aurait pu marcher, si l’auteur n’avait signé de ses nom et prénom complets.

Belle tentative, merci, mais cher lecteur, je sais que vous n’êtes toujours que trois-quatre, et je ne m’en offusque pas, je suis d’un tempérament optimiste.

A l’issue d’une longue réflexion, j’ai pris le parti de ne pas publier ces commentaires bidonnés.
Il n’en demeure pas moins que, celui introduit par le fameux « Chère Madame », réagissant à mon texte L’énergie et la matière », m’a fait réfléchir.

En effet, il me conseillait affectueusement de canaliser mon inspiration désordonnée, par une technique de méditation visant à m’ancrer les pieds sur terre, ce qui reviendrait finalement à clouer au sol mon discours et sa méthode.

Descartes, par Franz Hals

Oui, mais qu’est-ce que la méditation?

Spontanément, le premier concept qui me vient en tête, et que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, tient en deux mots: Petit Scarabée.

Cet homme, moine de Shaolin, avait un don. Il pouvait dérouiller un individu en trente secondes, puis lui tendre la main pour le relever, et lui proposer une méditation immédiate sur le sens de la vie.

Ou bien était-ce le contraire?

D’abord il lui proposait de méditer une phrase telle que:
Si la pierre tombe sur l’oeuf, malheur à l’oeuf;si l’oeuf tombe sur la pierre, malheur à l’oeuf,

puis si l’autre se montrait dubitatif, il lui expliquait le sens de la vie en le clouant au sol pour canaliser son inspiration.

Est-ce cela, lecteur de ma famille, que tu entendais par « médite pour fixer ton inspiration au sol »?
Tout ceci reste confus dans mon esprit.

Revenons à plus d’académisme.

Le terme méditation (latin meditatio) désigne une pratique mentale ou spirituelle. Elle consiste en une attention portée sur un certain objet de pensée (méditer un principe philosophique par exemple, dans le sens d’en approfondir le sens) ou sur soi (dans le sens de pratique méditative afin de réaliser son identité spirituelle). La méditation implique généralement que le pratiquant amène son attention de façon centripète (oui, source Wikipédia) sur un seul point de référence.

Méditer, serait donc centripéter son attention sur un seul point fixe.

Que nous enseigne cette phrase obscure?
Chacun bien sûr, peut y trouver son propre sens de la vie.

Personnellement, j’y verrai un enseignement fondamental.

Petit Scarabée, pour faire tes devoirs, rédiger tes articles, faire tes rapports, ou écrire tes lettres d’amour, ne copie-colle jamais aveuglément ce que Wikipédia te propose sans un minimum de vérification.

Car si le terme centripéter existe dans la langue française, et signifie:

En physique, qui tend à approcher d’un centre.
Un corps libre qui se meut circulairement est retenu dans son orbite par une force centripète.

En physiologie, en parlant d’un influx nerveux: Qui est transmis de la périphérie vers un centre nerveux
En botanique, qui s’épanouit d’abord à sa base et plus tard à son sommet,

tu t’exposes à beaucoup d’incompréhension en l’utilisant.

Ce contenu a été publié dans Petites bulles intérieures. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>