Michel Jonasz: du blues, de l’humour, du blues…

J’étais au Casino de Paris hier soir, parce que Michel Jonasz y était aussi. Et il y sera encore jusqu’au 14 janvier, ce qui devrait inciter tous ceux qui l’aiment à y retourner, et tous ceux qui n’ont pas encore cette chance,  à y aller en confiance . Ils feront, et ils comprendront…

Si je donnais toutes les raisons pour lesquelles Michel Jonasz résonne si fort en moi, je craindrais de les réduire en les enfermant dans une liste.

Or Michel Jonasz est un irréductible amoureux de l’amour,  de son enfance, des mots, des notes de blues, de la tristesse même pas triste, et surtout de la vie passée, présente et future.

Certains de ses textes et de ses harmonies sont nostalgiques parfois, souvent même, mais la tristesse en est totalement absente car il y a dans ce sentiment une dimension de désespérance dénuée d’espoir, étrangère à l’univers de Michel Jonasz.

Ce qui frappe, c’est cette combinaison de gravité et d’humour, de légèreté et de sens qui émanent de son être et de son art.

Au-delà de l’auteur-acteur interprète de ses chansons, Michel Jonasz est un comédien, magnifique et bouleversant. Son spectacle Abraham, par lequel il fait revivre seul en mots et en chantant la mémoire de son grand-père et de sa famille là-bas et ici, hier et maintenant,  est un hymne à l’amour des siens. Il semble que le spectacle soit en tournée cette année encore pour quelques dates…

Mais revenons au spectacle d’hier soir. De magnifiques chansons du très réussi nouvel album Les hommes sont toujours des enfants (la chanson-titre de l’album, les bougies de secours…) des grands classiques (Les fourmis rouges, Super nana, Je pense à elle tous les jours…), de vraies prestations comiques entre les chansons, et du blues, du blues, beaucoup de blues.

Image de prévisualisation YouTube

(et celle-là parce que c’est ma préférée d’entre toutes, même s’il ne l’a pas chantée hier soir)

Image de prévisualisation YouTube

Et s’il y avait autant de blues, c’est qu’il y avait des échanges, de la vraie musique, et de vrais musiciens autour de Michel Jonasz, qui reconnaît incontestablement les siens.  Moments forts donc aussi grâce aux chanteurs Eric Filet (dit Malcom X) et Jean-Marc Reyno (dit Whoopi Goldberg), et aux musiciens Guillaume Poncelet (claviers, trompette), Stéphane Edouard (percussions) et au très doué jeune guitariste aux solos inspirés, dont quelqu’un me rappellera peut-être le nom…

Et quand tout ce monde communie avec Muddy Waters, pour une version magique de Hootchie Kootchie Man, le public ne boude pas son bonheur d’être là.

Le public, en effet. Le public de Michel Jonasz est très particulier,  transgénérationnel, fidèle et fanatique au sens propre du terme. Du petit bonhomme d’une dizaine d’années littéralement envoûté qui dansait au balcon, à la génération René Coty, tous connaissaient tous les standards par cœur, et tous sont entrés dans la transe finale de Joueur de Blues.

J’aime Michel Jonasz, car il joue comme il respire, avec vérité. Il a l’aura du monstre sacré, et la simplicité des plus grands, à mille lieues des stars du faux et du vent.

Ce contenu a été publié dans Les bulles musicales, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Michel Jonasz: du blues, de l’humour, du blues…

  1. Jacqueline dit :

    Je me suis délectée en lisant ces mots sur Michel Jonasz. Tu as exprimé tout ce que je ressens pour cet artiste que je connais depuis une douzaine d’années et qui depuis m’a donné énormément de bonheur à l’écouter.

    Lorsque tu dis que sa tristesse n’a rien de triste, c’est tout à fait ce que je pense. Il est magnifique dans sa tristesse et nous rend heureux.

    Merci pour cette article extraordinaire.

    Les fourmis rouges c’est tout simplement divin en diable.

  2. Je suis ravie, Jacqueline, de voir que mes mots sur l’immense Michel Jonasz sont lus et appréciés par ses admiratrices du Québec! J’espère qu’il a prévu de prolonger sa tournée par-delà l’océan, pour venir vous voir…

  3. Jacqueline dit :

    J’aimerais bien ça qu’il revienne au Québec.

    On n’est jamais aussi bien servi que par sois-même, c’est pour cela que nos voyages s’organisent en fonction des concerts de Michel Jonasz. à Paris. Je l’ai vu au Casino de Paris en mars dernier. Époustouflant. Son humour m’épate.

    J’ai aussi assisté à sa pièce Abraham à Montargis lors d’un voyage en France. Magnifique acteur, dans tout ses états, du triste et du très drôle.

    Merci Élisabeth de penser à nous gens du Québec.

  4. Vincent dit :

    Un peu tard, mais pour info, le guitariste est Jim Grandcamp ! Vraiment bon en effet ! :)

    Et super article !

  5. Même tard ça fait toujours plaisir! Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>