Olympia…

 

- Bonjour, vous tournez quoi, là?

- Un film sur Jacques Haïk.  Vous connaissez Jacques Haïk?

- (Grattage de tête)….Heu…C'est un comique, non?

- En quelque sorte, oui…

- Ah c'est super…Et il va bientôt passer là, à l'Olympia?

- Disons que…les gens qui font actuellement la queue à l'Olympia le connaîtront très bientôt.

- Ah c'est super…Et c'est quoi comme comique? Genre Dany Boon?

- Non…ca serait plutôt genre Charlie Chaplin.

- Ah c'est original, ça. Eh bien j'ai vraiment hâte de le voir en spectacle!

 

Voilà l'état des lieux.

Dialogue absolument véridique, alors que nous tournions devant l'Olympia, face à une foule de curieux faisant la queue pour entrer voir le spectacle du jour. Il ne s'agit évidemment pas de jeter la pierre à ce brave homme, qui situait Jacques Haïk entre Dany Boon et Elie Semoun, et qui, au moins, avait une vague idée de réponse. Je suis bien sûre que peu de gens en auraient fait autant.

Car il faut bien pointer la situation telle qu'elle est, sans se voiler la face et en regardant l'affreuse réalité. Personne, mais absolument personne, à part quelques obscurs initiés (groupuscule dont les lecteurs de ce blog mesurent la chance de faire partie, maintenant!) n'a jamais entendu parler de Jacques Haïk, bâtisseur de l'Olympia, du Rex, distributeur des films de Chaplin, producteur prolixe et fantaisiste, et infatigable montreur de rêves.

Bien sûr, en entreprenant l'aventure de la Bobine, nous savions que nous allions raconter l'histoire d'un illustre inconnu. C'était même l'un des enjeux du film, d'ailleurs. Mais tout de même, face aux vrais gens mis face à la question, très honnêtement ça fait sourire un peu jaune clair.

Sait-on que jusqu'en 1987, la façade de l'Olympia arborait, en lettres de feu, l'inscription "Théâtre Jacques Haïk"?

C'est sûr que, dit comme ça, ça fait son petit effet. D'autant que mes origines méditerranéennes me poussant naturellement à l'exagération, je ne suis pas certaine que les lettres étaient de feu. Elles étaient  cependant imposantes et parfaitement bien alignées.

Allez, je ne résiste plus et je fanfaronne, pour rattraper l'épisode comique.

Lorsque j'étais toute petite fille, je suis allée à l'Olympia assister à mon premier concert. C'était un concert de Michel Fugain et du Big Bazar, et nous étions assis, en famille, sur les fauteuils en velours rouge du premier rang. Au dos de ces fauteuils, une petite plaque en cuivre doré portait l'inscription "Haïk".

Des années après, ce concert et cette petite plaque sont très vivaces dans ma mémoire, et ils font sans doute partie de mes tous premiers souvenirs.

Pour moi la Bobine, c'est aussi une recherche d'enfance, et du lien originel qui me lie à Jacques Haïk.

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Bulles de tournage, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Olympia…

  1. MARCO dit :

    Chère Bobine,
    Nous aurions pu nous croiser, je garde moi aussi un beau souvenir du Big Bazar
    Mais je culpabilise, je ne savais pas voir,  je n’ai pas vu la petite plaque de cuivre au nom de Haïk . Pourtant ,quand j’étais actionnaire de l’Olympia, j’avais droit aux sièges prestigieux  du sixième rang  (bien meilleurs qu’au premier rang)  réservées en permanence à la SATO (Société anonyme du Théâtre de l’Olympia) du Groupe Jacques Haïk.
    Merci de m’ouvrir les yeux, je ne connaissais pas les Coquatrix si attentionnés.

  2. Cher Marco,

    J'aime bien les petites révélations que tu distilles au fil de tes commentaires. Merci de nous permettre de te découvrir par petites touches.

    Et puis il semblerait qu’à une certaine époque, il valait mieux être actionnaire de l’Olympia que de s’appeler Haïk…

    Amicalement,

    Elisabeth

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>