Plus de bulles et moins de mots…

 

Il est clair qu’en certaines occasions les bulles sont plus nombreuses que les mots…

On a beau chercher à les aligner, les mots se font rares, les images les supplantent, et c’est même la meilleure des solutions.

Car que dire un 21 août lorsque l’été se fait fleur bleue, et que seuls résonnent à nos oreilles le clapotis des vagues et les cris des goélands?

Rien, et c’est déjà beaucoup, comme le chantait le grand Gainsbourg.

Certains vont chercher le paradis de carte postale à des dizaines de milliers de kilomètres de leur habitation principale.

Et pourtant, beaucoup moins loin, il existe un endroit dont Saint-Exupéry disait qu’il était né de l’amour entre la mer et le soleil.

Un endroit où les bulles sont majoritaires.

La Corse concentre toutes les couleurs du temps, du ciel et de la terre, et les renouvelle tous les jours.

J’ai pris une immense claque, et elle est entièrement corse.

 

J’ai des envies de polyphonies, je ne me reconnais plus.
Il faut dire que j’ai découvert qu’il existait beaucoup mieux, et même au niveau capillaire, qu’I Muvrini.
Notamment un certain Jean-Claude Aquaviva, dont les musiques et la voix atteignent leur cible, en plein coeur. Inutile de chercher sur youtube ou ailleurs, c’est navrant mais il va falloir venir le découvrir sur place…

 

Les Corses ont la réputation d’avoir le sang chaud.
C’est sans doute vrai, mais que faire contre la nature qui se dresse fièrement?

 

 Plus de bulles et moins de mots, car tout vaut mieux que des mots de trop.

Ici le soleil se couche aussi, mais il le fait mieux qu’ailleurs, en se hâtant lentement de plonger.

 

Je n’ai rien d’autre à ajouter, je vais me baigner.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Petites bulles intérieures, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Plus de bulles et moins de mots…

  1. Patrick dit :

    L’inspiration passe impérativement par la contemplation, l’intériorisation du visuel, de l’odorat, de l’audible… Puis vient la phase de maturation. Ensuite, quand le travail intérieur est terminé, on écrit. sans pouvoir se l’expliquer, on est prêt à passer à l’acte.
    Beau texte et belles photos pour dire ce mystère.
    merci.
    PAT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>