Yaël MyMoon dans tous ses états

 

Qui n'a pas entendu parler de Yaël MyMoon, véritable icône du web et dernier succès littéraire mondial avec son Journal Super Pas Intime (Editions Privé)? S'il en restait un sur cette planète, il n'oserait pas l'avouer.

Mais quoi qu'il en soit, pour celui-là et pour tous les autres, Yaël qui, malgré sa célébrité dans le monde et sur Facebook, demeure bien mystérieuse, a accepté d'être mon invitée dans les Bulles.

Elle se dévoile ici en avant-première mondiale, un peu, beaucoup, mais jamais trop.

Elle m'a reçue dans son antre, c'est-à-dire son bureau, car elle exerce un vrai métier en plus de toutes ses extravagances: assistante juridique dans un Cabinet d'Avocats de la Rive Gauche.

 

Elisabeth Haïk     Avant tout chère Yaël, je tiens à te rassurer. Je n'évoquerai pas les circonstances rocambolesques qui ont conduit à la publication de ton Journal Super Pas Intime. Dire que cet ouvrage s'est déjà vendu à des dizaines de milliers d'exemplaires, est en passe de remporter le Goncourt, et peut-être même que tu vas rentrer à l'Académie Française, ne nous intéresse pas.

Je ne parlerai pas non plus de ton ami Gad Elmaleh, parce que ça suffit, maintenant.

J'ai plutôt envie de parler de toi, parce que tu es très inconnue des gens qui ne te connaissent pas. Je vais donc te poser des questions essentielles, sur lesquelles tu n'auras droit à aucun joker. C'est partiiii.

 

Dans ta prose et dans tes concepts récurrents, figure beaucoup la notion de "lourdeur humaine". Pourrais-tu définir ce concept et donner des exemples, si possible croustillants?

Yaël MyMoon     La lourdeur humaine, c'est le contraire de la légèreté d'esprit. Par rapport à mes références humoristiques, si tu veux, la lourdeur humaine c'est le contraire de la sympathie, de quelqu'un de sympathique. Par exemple, comme je le raconte dans mon bouquin, les mails tournants de bonne année sont les prototypes de la lourdeur humaine.

 

Faut-il manger pour vivre, ou vivre pour manger? Donne-moi des exemples de plats sans lesquels vivre n'aurait aucun sens, et de plats que tu ne mangerais même pas à Koh Lanta après six jours sans feu.

J'ai un côté très Garfield, c'est-à-dire que j'adore les lasagnes et les pizzas. Ce que je ne mangerais pour rien au monde, c'est un oeil de boeuf ou un oeil humain.

 

Quel est le chef d'oeuvre cinéma unanimement reconnu par les milieux autorisés, que toi-même tu détestes et/ou auquel tu n'as jamais rien compris?

Star Wars, sans hésitation aucune. J'ai pas d'explication, mais ça me fatigue, ça m'épuise. Je préfère les trilogies de Rocky et de Terminator.

 

(On lui apporte du courrier. Elle ouvre le courrier du Cabinet d'Avocat dans lequel elle travaille, tandis qu'elle continue de répondre à mes questions.)

 

Même question pour la musique. Quel est le chanteur/teuse/groupe que tu détestes en dépit de l'adoration collective?

Les Beatles. Qu'ils aillent au diable. J'arrive pas à écouter un quart de ton de leur musique.

(A ce moment-là, Yaël me fait écouter le Grand Studio d'RTL du 17 avril dernier, dans lequel elle était l'invitée de Gad Elmaleh en compagnie de Géraldine Nakache et de Martin Solveig. Ecoutez donc, vous aussi. Yaël intervient longuement aux 22ème et 36ème minutes de l'émission mais vous pouvez bien sûr écouter aussi les trois autres, qui sont bien aussi. Je précise que pendant que sa voix passe et que j'écoute, Yaël se bouche les oreilles et quitte même les lieux.)

 

A part Gad Elmaleh, qui est ton homme idéal?

Tony Soprano. Je suis fascinée par ce chef d'un clan mafieux du New Jersey. J'aime son côté nounours et bon père de famille bon mari, en même temps que bandit de grand chemin. J'ai toujours aimé les bad boys, de toute façon. Je peux pas m'étaler sinon mon mec va me rentrer dedans.

 

Qui aurais-tu aimé avoir comme mère, si ta propre mère t'avait reniée?

Mon père.

 

A partir de quelle somme d'argent accepterais-tu de supprimer ton compte Facebook?

Mon compte Facebook n'a pas de prix. Même un million de dollars ne remplaceraient pas mes heures passées sur Facebook. En même temps, j'y passe des heures pour peut-être gagner un million de dollars.

 

Quel est ton plus grand moment de solitude?

Quand je dors.

 

Petit aparté entre nous et nous. Et ça Yaël, ça n'est pas un grand moment de solitude? Comment expliques-tu cette photo invraisemblable?

Mon coiffeur m'a ratée.

 

Pour toi, quel est le comble de l'horreur?

Qu'on me supprime mon compte Facebook sans contrepartie financière.

 

Et quel est le comble du bonheur?

Sortir un tome 2 de mon Journal Super Pas Intime.

 

Quand les poules auront des dents, que feras-tu?

Ah bon, elles n'en ont pas?

 

Est-ce que tu as fait un jour dans ta vie une chose totalement inavouable, que tu voudrais avouer aujourd'hui sans aucun pot-de-vin?

Non, sérieusement, j'ai jamais rien fait de grave. Pas par morale ou autre, hein? Juste parce que je suis très peureuse.

 

Y a-t-il une question que tu m'aurais remerciée de t'avoir posée, si je te l'avais posée?

Celle-là, merci. Elle est originale.

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Les invités dans les bulles, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>