Zou, peintre recycleuse de matières et de particules

Zou est une artiste étonnante.

Loin de créer un monde à partir de rien, elle rassemble des éléments du monde et en fait un tout. Elle est dans son monde, et en même temps, dans le monde.

Sa peinture interpelle, elle contient autant de mots que de couleurs, elle est éminemment contemporaine, et pourtant souvent empreinte de nostalgie.

Zou est une excellente synthèse de la théorie de la relativité, elle travaille la matière avec une énergie débordante. Cela peut s’expliquer, d’ailleurs, car l’art comme le reste, n’est-il pas toujours relatif, jamais définitif, mais absolument le reflet de son créateur?

Zou est une artiste qui monte.

Elle est débordée par une série d’expositions, mais elle a trouvé du temps pour passer à la question, ce qui est chic.

EH:  Evidemment c’était très prévisible, mais je suis obligée de te demander pourquoi le choix de « Zou » comme nom d’artiste.

Zou: C’est le petit nom que me donne mon mari depuis longtemps…Et ça tombait bien parce que c’est mignon, c’est très court, et j’aime le chiffre trois. Alors tu vois, je ne suis pas allée chercher très loin.

EH: Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple…Et quand tu travailles, quel est le point de départ de ta création? Ton état intérieur du moment, ou est-ce plus préparé?

Zou:  Je prépare mon sujet, en fait. Je commence par choisir un thème qui m’inspire, et autour duquel tout va tourner. Ensuite je choisis mon format de toile, et j’y inclus tous les matériaux rassemblés. Tout part donc, à la base, d’une réflexion. Les émotions viennent ensuite, en composant et en peignant.

EH:  Lorsque tu travailles, est-ce que tu es du genre à t’enfermer sans parler à personne, genre artiste misanthrope, ou au contraire fais-tu partie de ceux qui ont besoin de mouvement, de bruit et de fureur, et que la musique stimule?

Zou:  Entre les deux, mon capitaine. Je m’enferme dans mon atelier, mais surtout pas en silence,  avec de la musique à fond. Mais il faut que je sois vraiment seule. En revanche pour la musique, tout le monde est bienvenu: de Coldplay à Rachmaninov, de M à Earth Wind and Fire…

EH:  Tu as travaillé pendant des années dans la communication, donc dans une activité hautement verbale, extravertie. Qu’est-ce qui t’a décidée à communiquer et t’exprimer de façon inverse, c’est-à-dire totalement silencieusement?

Zou:  Il y a neuf ans, lorsque j’ai accouché de mes jumelles, j’ai éprouvé très fortement le besoin de rester chez moi, et de continuer à m’exprimer depuis chez moi. Alors j’ai cessé mon ancien métier, et j’ai commencé par faire de la décoration intérieure. Ensuite j’ai pris des cours de peinture, j’étais très attirée par ça, et mon professeur m’a beaucoup encouragée. Lorsque j’ai eu suffisamment de toiles, l’envie de les exposer s’est fortement fait sentir. Je ne connaissais pas le milieu, je ne connaissais pas la marche à suivre pour exposer. Alors je me suis adressée au service culturel de la mairie de ma ville et ils sont venus à la maison voir mon travail. Apparemment ça leur a plu…Ils ont mis à ma disposition la maison de quartier pour trois jours d’exposition. Sur 25 toiles, 19 ont été vendues…Tout a commencé comme ça.

Art Trash

EH:  Zou, tu es une artiste très écolo puisque tu ne jettes rien et que tu recycles tout. Ta technique consiste à associer, à un thème qui te touche, des articles de presse, des matières et des couleurs, que tu mélanges à des matériaux comme la cendre, le sable, le carton…Est-ce que tu revendiques une sorte de filiation avec un artiste comme Jacques Villeglé, qui travaille aussi sur la récupération de matériaux, et auquel le Centre Pompidou consacre une rétrospective en ce moment?

Zou:  Il y a une sorte de filiation dans la mesure où comme lui, je récupère et je transforme. Mais Jacques Villeglé travaille exclusivement sur le collage d’affiches urbaines lacérées, et n’utilise pas la peinture. Il recherche la structure, ce n’est pas tout à fait le même point de départ. Moi je veux donner une deuxième vie à des éléments qu’on aurait pu mettre à la poubelle, et à recréer quelque chose autour d’eux.

EH:  Lorsqu’on parcourt ton oeuvre, on est frappé par la thématique des chiffres, qui se retrouve dans beaucoup de tes tableaux. Il y a même un tableau qui s’appelle Les chiffres comme symbolique du langage. Tu peux expliquer ta connexion avec les chiffres?

Zou:  D’abord visuellement je trouve qu’un chiffre c’est très beau, et qu’on peut le transformer de multiples façons. Mais si je devais analyser plus profondément, je suppose que ça a un lien avec mes très mauvais résultats en maths, à l’école. Le fait de travailler avec des chiffres aujourd’hui, et d’en avoir le contrôle sans qu’on puisse me corriger, c’est comme une revanche.

Les chiffres comme symbolique du langage

EH:  Zou, quelles sont tes prochaines expos? Elles sont listées sur ton site (lien dans le blogroll), mais j’ai aussi envie de les rappeler ici. De plus, et tu nous fais ici l’annonce en exclusivité, tu viens d’être sélectionnée par la prestigieuse galerie Artcurial à Paris. Dis-nous tout.

Zou:  Je suis débordée, et j’aime ça…

Du 11 au 24 octobre : Galerie Art Présent-Paris III
Du 11 au 19 octobre, je refais le Salon des Arts de Vaucresson (78), où j’ai eu le premier prix l’an dernier.
Du 18 au 26 octobre, je serai également présente au Salon des Arts de Meulan (77)
Et le 17 novembre 2008, je serai à la salle des ventes de la galerie Artcurial…
Du 23 déc au 04 janv. : Salon « la métamorphose des matériaux », Espace des Blancs Manteaux- Paris IV
Gageons que les visites chez Zou, sur son site, et surtout en chair, matière et os, dans tous les lieux qui précèdent, ne laisseront personne indifférent.
Allez, un petit dernier pour finir en beauté.
Je suis gonflée, j’ai choisi mes préférés.

Tempo


Ce contenu a été publié dans Les invités dans les bulles, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Zou, peintre recycleuse de matières et de particules

  1. wouf dit :

    Et moi je suis devenu prof de math parce que je n’avais aucun talent artistique…

    Non… math et art sont étroitement imbriqués, un seul exemple mais qui en vaut des milliers :

    Le nombre d’or…

  2. @wouf
    Ou au contraire, n’est-ce pas l’exception qui confirme la règle, et qui ne vaut que pour certains génies absolus comme Léonard de Vinci?

    Pour ma part, ce n’est pas que j’étais nulle en maths, c’est que les maths et moi, on n’a jamais été présentés. Je les ignorés superbement. Ne le dites pas à mon fils.

  3. Ninon dit :

    Très intéressante artiste.

  4. @Ninon
    Zou, si tu nous lis…

  5. michbellegeek dit :

    Vive les artistes ….et le recyclage ;o)

  6. @michbellegeek

    Et en plus c’est joli…

  7. Gilles Arnaud dit :

    Bonjour Elisabethh, bonjour Zou,

    Toutes mes félicitations pour ces travaux artistiques. Chapeaux bas…

    Ce qui me saute aux yeux, c’est la dimension archétypale de ces œuvres. Je m’explique.

    Consciemment ou non,les plasticiens disposent les éléments constitutifs selon des règles. Des proportions qui permettent une intégration perceptive accrue. Le nombre d’or est le plus connu : le coucher de soleil de Monet etc. Mais il y a bien d’autres types de proportions, des répartitions de matières qui servent de supports à l’expressivité.Les miniatures persanes utilisent ces proportions spécifique avec exhaustivité. Vous êtes-vous déjà demander pourquoi nous utilisions des formats de page A3, A4, A5, A6 ?

    C’est encore plus vrai pour « Tempo », mais ces œuvres ne vous font-elles pas penser à des mandalas contemporains ?

    Gillou

  8. Zou dit :

    Merci pour ces commentaires très pointus. Comment dire : … en fait je ne pose pas autant de questions quand je suis devant la toile blanche. Je me concentre juste sur le thème choisi…
    Des mandalas contemporains ? ? C’est vrai que je suis très « structurée » mais pas géométrique au sens mathématiques …
    A bientôt.
    Zou.

  9. Zou dit :

    Un grand merci pour vos gentils et encourageants commentaires …
    Zou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>